www.ouestmediainfo.cm

AFFAIRE BOUBA SIMALA/ LA STUPEFACTION DU CONSEIL DE CAVAYE YIGUIE DJIBRIL

Au lendemain de ce que la presse camerounaise a qualifié de coup de tonnerre au Tribunal militaire de Yaoundé, la rédaction de votre journal est allé à la rencontre du conseil de l'accusation qui dit sa stupéfaction après ce geste inattendu du président de l'Assemblée nationale

 

Me FOTSO conseil CAVAYE T Djibril
Me FOTSO conseil CAVAYE T Djibril

Ce fut un coup de théâtre inimaginable que l'on aura vécu ce 19 juin 2018 au Tribunal Militaire de Yaoundé. Le président de l'Assemblée nationale, le très honorable Cavaye Yeguie Djibril, aura saisi la juridiction par voie d'une lettre rendue publique en pleine salle d'audience, signifiant son désistement dans l'affaire l'opposant à son garde du corps Bouba Simala, une affaire qui court depuis bien longtemps devant cette juridiction. Personne ne s'attendait à tel scénario, même pas ses avocats, venus ce jour à l'audience comme d'habitude défendre leur client. La grande curiosité c'est que dans cette correspondance, le PAN dit n'avoir jamais porter plainte contre Bouba.

Toute chose qui donne plutôt l'impression d'une plaisanterie, quant on sait le temps et les rebondissements qu'a déjà connu cette procédure. 

Rencontrée au lendemain de cette sortie du PAN qui a fait l'objet de beaucoup d'interprétation, son conseil, Me Fostine Fotso Kamdem, Avocate au barreau du Cameroun pointe du doigt des mauvais conseillers qui auraient poussé son client à prendre une décision qui pourrait se retourner contre lui. "Le PAN a été pris dans le piège des conseillers toxiques et profanes dans la matière qui lui ont conseillé que pour faire avancer rapidement son dossier il fallait écrire directement au tribunal pour dire qu'il n'a pas formellement porté plainte, qu'il avait seulement dénoncé des faits répréhensibles à la hiérarchie de BOUBA, mais qu'il faut que le tribunal continue sereinement. Voilà le résumé de sa lettre.

En effet, Nous avions demandé un sursis à statuer dans son dossier en attendant que la cour suprême vide un pan du fond dans son dossier avant que l'on ne revienne au tribunal militaire qui avait statué infra petita alors que nous avions soulevé une exception d'ordre public: celle d'incompétence puisqu'en demandant une expertise des télécommunications, on avait demandé la requalification des faits après l'audition de 8 témoins. La juge dans son zèle a ordonné rien que l'expertise.

Nous avons interjeté appel, le commissaire du gouvernement a requis l'annulation pour violation de la loi, mais au fond les  juges d'appel ont mal computé les délais en oubliant que le 12 septembre 2017 était férié fête du ramadan et ont déclaré l'appel irrecevable pour appel tardif. Nous avons naturellement fait pourvoi et les mémoires ampliatifs sont déposés. Tout en sachant que le sursis à exécution devait être rejeté pour absence de condamnation pécuniaire, nous avons tout de même introduit cette demande afin de tenter de stopper la juge du TM qui ne voulait pas attendre.

Entre temps, nous avons introduit une demande de sursis à statuer au TM. Le commissaire du Gouvernement a requis qu'on nous l'accorde. Mais la même juge, NGONGOUE a rejeté et nous avons encore interjeté appel afin d'éviter d'être frappé par l'autorité  de la chose jugée. Puisque hier nous avons encore introduit cette demande de sursis après le dépôt des mémoires avant d'être ainsi humilié par cette lettre. Mais on tient car nous n'avons pas été formellement  deconstitué. C'est l'ignorance des clients car ils souhaitent  toujours que le dossier court alors que le cpp a ses contraintes. Nous devons demeurer dignes en dépit de tout.

Vous avez vu l'effet boomerang contre notre client ce matin dans la presse. On ne peut pas dénoncer et prétendre qu'on n'a pas  porter plainte écrite. L'action publique se met en mouvement après simple dénonciation.

C'est lui qui est, á présent humilié alors qu'il cherchait comment vite faire condamner son adversaire. Je note que dans ce dossier je travaille bénévolement auprès du confrère  aîné Me Koumaï son frère dès le 1e jour qu'il m'a sollicité. Je demeure membre de la grande famille de l'Assemblée Nationale et je vais continuer à travailler sereinement tant qu'il ne me deconstitut pas. L'erreur est humaine et nous devons apprendre à pardonner aussi", se confie Me Fostine Fotso Kamdem.

Après cette sortie maladroite du président de l'Assemblée nationale, les langues se délient et beaucoup voient en cela une vision politique. Cavaye Yeguie Djibril est-il en quête de la popularité dans sa base pour garantir sa réélection prochaine?

 

NADRA SAMIRA NGOUPAYOU (ouestmediainfo.cm)

Société

Politique

Sports

Economie

CULTURE

Santé

CMO ACTU

Astuces santé

 

My love song

Adresses Utiles

Vos adresses utiles ICI

Infos en bref

Ce jeudi 20 Juin 2019 au stade de la Masson, l’équipe nationale féminine de football en s’imposant face à la Nouvelle Zélande (2-1) a arraché...
Le Ministre camerounais de la communication René Emmanuel SADI a présidé ce jeudi 20 juin 2019 en mi-journée dans la salle  auditorium  ...
C’est le cheval de bataille du Réseau ZENU NETWORK à travers le Programme d’Education à la Citoyenneté Active et à la Culture. Son Coordonate...
Bien qu’interdites  de fonctionnement à la suite d’une décision du  ministre camerounais en charge des transports, Jean Ernest Massena...
A quelques jours ou semaines la sortie du futur Roi Bangou du lieu initiatique (Lahkep), conformément au  28 Janvier 2019 date de son arrestatio...

Nos Visites

60407
Aujourd'huiAujourd'hui14
HierHier168
Cette semaineCette semaine14
Ce moisCe mois5307
TotalTotal60407